vendredi 22 mai 2020

Le réseau Raoult

1) Les soutiens

Certaines personnes sont montées au créneau pour défendre Didier Raoult. On note par exemple Laurent Mucchielli, qui travaille dans le même laboratoire que Sacha Raoult, fils de Didier Raoult (Sacha semble ne pas du tout s'être impliqué dans tout cela, et il est tout de même probable que Mucchielli se soit fait son idée tout seul). Ce dernier est allé jusqu'à diffuser un billet d'une certaine "Ella Roche", personnage sans doute fictif incarnant une journaliste précaire n'ayant jamais rien publié d'autre.

On trouve les plus actifs dans une pétition lancée par Philippe Douste-Blazy dont nous reparlerons plus tard.

Le professeur Christian Perronne, fervent défenseur de la vaccination, s'est fait connaître sur la maladie de Lyme. Il a alors cherché des fonds auprès de ses alliés comme le Rotary District 1680 et des appuis auprès d'élus UMP : François Vannson (Vosges) et Marcel Bonnot (Doubs). Sa position à ce sujet a été très étonnante :
l'explosion "cachée" de la maladie de Lyme serait, selon lui, "politique", due à une prolifération mal contrôlée de tiques trafiquées par un chercheur nazi réfugié aux États-Unis. "L'armée américaine et les scientifiques sous sa coupe ont tout intérêt à cacher l'épidémie puisqu'ils l'ont causée ou cautionnée"
Malgré ses théories plus que douteuses, les médias français l'ont largement invité, sa présence médiatique a même fait l'objet d'une étude qui a indiqué qu'il était présent dans 45% des reportages sur la maladie de Lyme. Il est d'ailleurs associé à l'International Lyme and Associated Diseases Society dont la position a été pourtant désavouée.
Il s'est aussi illustré par une présence médiatique lors de l'épidémie H1N1. Mais il est surtout connu pour être un membre fondateur de Chronimed, groupe de médecins autour de  Montagnier, qui ont "traité" des milliers d'enfants autistes au long cours avec des cocktails d'antibios, antifongiques, antiparasitaires. Il en parle dans son livre et à des conférences (2h02m50s) :
Suzanne Ruhlmann l'a signalé sur son compte twitter avec notamment ces éléments montrant que le dr Perronne est bien membre de Chronimed, qu'il a fait des tests sur des enfants autistes et que des médecins du réseau Chronimed ont même prescrit de l'hydroxychloroquine / azithromycine dans ce contexte à des enfants autistes :



De façon intéressante, l'association hydroxychloroquine / azithromycine est également préconisée par le professeur Perronne pour la maladie de Lyme.

La prise de position du professeur Perronne est d'autant plus étonnante que c'est Didier Raoult qui l'a attaqué publiquement à propos de Lyme dans un texte paru dans Le Point.

Ce qui est bien avec le professeur Perronne, c'est qu'il est bien entouré puisqu'il a été proche de Jérôme Salomon, membre du conseil scientifique covid-19 et Directeur Général de la Santé. Ayant exercé dans le même hôpital de Garches à la même époque, ce dernier a également pris des positions sur la maladie de Lyme et a codirigé des études avec le professeur Perronne et tous deux ont participé à la commission des affaires sociales sur la maladie de Lyme au sénat. On retrouve dans cet entourage le Dr Davido évidemment, le premier auteur de l'étude retirée totalement étrange sur l'hydroxychloroquine. 

Le Dr Louis Fouché est apparu plus tardivement comme un des soutiens de Didier Raoult, donnant même des conférences dans son institut. Heureusement, Damien Barraud a expliqué ce qui n'allait pas dans ce qu'il raconte.

Dr Violaine Guérin, qui préside l'association "Stop aux Violences Sexuelles" tenant ses assises à l'UNESCO, édite des livres grâce à cette association dans lesquelles elle explique que les pathologies telles que les cancers du seins sont déclenchés par des traumatismes à l'enfance. Elle expose ainsi les patients au risque de faux souvenir induit avec des théories proches de celles des Dr Hamer et Sabbah déjà condamnés.

L'ancienne ministre de la santé sous Jacques Chirac, Michèle Barzach, a également soutenu Didier Raoult et l'administration de chloroquine. C'est en outre la gynécologue chez qui l'écrivain Matzneff accusé de pédophilie emmenait régulièrement ses conquêtes, notamment pour leur faire prescrire la pilule. Bien entendu, cela peut être présenté de façon plus complaisante comme chez Le Point... Faisant partie de l'OMS et à la tête d'UNICEF-France de 2012 à 2015.

Parmi les personnes soutenant Didier Raoult, on trouve également Marc Gentilini, membre de l'académie de médecine, et ancien président de la Croix-Rouge française (article intéressant : "une croix-rouge sous un képi bleu" à propos du rôle de la croix-rouge dans l'accompagnement des expulsions), commandeur de l'ordre national du mérite et grand officier de la légion d'honneur. Encore un proche de Jacques Chirac qui s'est illustré lors de l'épidémie H1N1 en précisant qu'on en avait trop fait et surtout un vif opposant aux commandes de masques :
"La grippe aviaire, en 2005 et en 2006, avait beaucoup inquiété les pouvoirs publics. Je me souviens que le ministre de la santé, M. Xavier Bertrand, avait pris à juste titre des mesures pour lutter contre ce danger. On avait acheté des vaccins et de nombreux masques. Plus tard, lorsque j'ai vu ces masques stockés dans les réserves de la Croix-Rouge française, que j'ai présidée durant sept ans et demi, j'ai demandé aux secouristes : « Qu'allez-vous en faire ? », on m'a dit : « On ne sait pas ! ». Le nombre de masques était alors très inférieur aux 2 milliards commandés cette fois-ci dont on ne sait toujours pas quoi faire. Certains disaient que si la fumée du volcan islandais arrivait sur Paris, on se servirait des masques en réserve ! Pas de chance, la fumée s'est dissipée avant et nous gardons nos masques.
Cette erreur par excès, un peu partout, que ce soit pour les masques, pour les médicaments - le Tamiflu, etc. - tout cela est démesuré, incontestablement, et c'est l'OMS qui est la première responsable."

Paul Trouillas, médecin neurologue, chevalier de l'ordre national du mérite et de la légion d'honneur, a été actif politiquement aux côtés de Valérie Giscard-d'Estaing. Lui aussi soutient l'administration d'hydroxychloroquine. Ce dernier a donné une conférence au carrefour de l'horloge en 1985, un cercle de réflexion de droite / extrême-droite, ce qui permet de bien ancrer son positionnement politique.

Jacques Marescaux, dont nous reparlerons plus tard (comission Marescaux et réforme des CHU sous Nicolas Sarkozy, vivement critiqué par les syndicats), est membre des Académies Nationales de Chirurgie et de Médecine. Il a été proche de Roselyne Bachelot. Et on peut dire qu'il sait recevoir.

Olivier Goulet est un professeur pédiatre de l'hôpital Necker, connu notamment pour sa BD financée par Nutricia et ses congrès et symposiums Nestlé, Nutricia, Danone. La nomination de son centre comme centre de référence pour les maladies rares est due à Philippe Douste-Blazy. Il soutient une "prise de risques" et invoque également des divergences méthodologiques

François Bricaire, chevalier de la légion d'honneur, membre de l'Académie Nationale de Médecine mais également membre de l'institut Servier (qui a fait l'objet de vives critiques à l'époque du Médiator), est un autre signataire de la pétition. Sa position relève peut-être de sa proximité avec le Dr Perronne, il a également été membre du conseil d'administration de la croix-rouge en 2015 ce qui le lie à Marc Gentilini. Il semble cependant très original dans son positionnement, d'abord hostile, puis signataire de la pétition, puis à nouveau réservé.

Nicole Delépine, soutenue par le rassemblement national, et ayant déjà annoncé des résultats spectaculaires jamais publiés, dans un conflit avec Agnès Buzyn, travaillait à Garches, dans le même hôpital que Christian Perronne. Pas très étonnant qu'elle défende ce protocole.

Serge Rader a été le conseiller national de Debout la France de Nicolas Dupont-Aignan. Relayé aussi bien chez Alain Soral que chez Robert Ménard (Boulevard Voltaire), et soutenant le professeur Joyeux en prenant des positions anti-vaccins. Sa prise de position sur l'hydroxychloroquine en faveur de Didier Raoult n'a donc pas grand chose d'étonnant, surtout qu'il n'hésite pas à relayer des twits de Silvano Trotta sur son compte...

Valérie Boyer, députée Les Républicains, a également défendu ardemment le professeur Raoult. Elle a déjà été condamnée pour harcèlement moral. Filloniste, catholique qui aime afficher ostensiblement sa croix, proche de Gaudin à Marseille... On ne sera pas étonné de son positionnement.

Bruno Retailleau, patron des sénateurs Les Républicains, a pris position en faveur de Didier Raoult. C'est encore une fois un proche de François Fillon.

Julien Aubert, député Les Républicains, a aussi pris position en faveur de Didier Raoult.

Il existe encore des prises de position plus étonnantes de la part de Patrick Pelloux et Jean-Luc Mélenchon, ou de Ségolène Royal (elle a effacé tous ses messages de soutien ensuite) qui s'inscrivent moins dans ce tableau général. Des personnalités telles que Marine Le Pen ou Nicolas Dupont-Aignan ont également pris position.

La députée Martine Wonner semble un peu isolée également dans ce tableau. Exclue du groupe LREM suite à sa prise de position, elle a aussi participé à la réalisation d'une "étude" sur l'hydroxychloroquine totalement dénuée de sens, décrite en 15 ici.

Aux USA, c'est surtout un avocat, Rigano, puis Elon Musk et enfin le président Donald Trump qui vont aller dans le sens de ce traitement. Une fois Trump engagé, le tea party a suivi, notamment au travers de l'AAPS. Le médecin Zev Zelenko, très controversé, est également un relais important.

Au Brésil, un collectif de 300 médecins a vivement critiqué l'étude du Lancet. On y trouve un créationniste, Marcos Eberlin. C'est intéressant de savoir également que de gros intérêts financiers, y compris liés à Trump, sont à l'oeuvre au Brésil, impliquant notamment des personnes dirigeant des entreprises pharmaceutiques produisant de la chloroquine comme Renato Spallicci, Carlos Sanchez (Germed - EMS) et Ogari de Castro Pacheco (Cristalia) suppléant du sénateur Eduardo Gomes.

2) Les liens avec Sanofi et le monde de la politique

D'où vient l'IHU méditerranée ? D'une volonté politique de Nicolas Sarkozy, et sur recommandation d'Alain Juppé et de Michel Rocard. Didier Raoult a été nommé dès le départ, et a développé des partenariats privilégiés avec l'entreprise Sanofi.


Il a également reçu un financement de l'Agence Nationale de la Recherche d'un montant de 83 300 000 €.

Mais c'est surtout des entreprises privées qui vont pouvoir s'associer à l'IHU dans des projets comme Nivachick, associant Sanofi à l'IHU :



Il est intéressant de noter l'extrait d'un livre qui encense Didier Raoult :

"Le grand oral qui a abouti à cette sélection, Didier Raoult l’a passé le 14 février 2011, pour la Saint-Valentin. Mais ce jour-là, c’est surtout pour son projet qu’il était transi. Jean-Paul Segade et Yvon Berland étaient bien entendu à ses côtés, ainsi qu’André Syrota, le directeur général de l’Inserm."

André Syrota, président de l'INSERM à l'époque, mais aussi président d'Aviesan, a été nommé Grand Officier de l'Ordre National du Mérite par Agnès Buzyn en 2018.
Il ne faut pas oublier que ce même André Syrota a été l'objet de vives critiques car il était l'instrument de Nicolas Sarkozy et Valérie Pécresse pour faire approuver les demandes des grandes entreprises pharmaceutiques dans le domaine de la recherche, comme Sanofi.

Yvon Berland, nommé membre de la Commission Marescaux pour la réforme des CHU par le président Nicolas Sarkozy, est aujourd'hui candidat LREM. On trouve sur sa liste Yanis Roussel, le chargé de communication de l'IHU qui fait les vidéos de Didier Raoult, dont nous reparlerons plus tard.

J'ean-Paul Segade, qui a fait gagner 5800 € par mois à sa femme en lui donnant un budget de 700 000 € pour organiser des concerts aux frais de l'AP-HM, tout en licenciant du personnel. C'est un proche de Gaudin encarté UMP à l'époque, qui a tout de même été membre du syndicat Force Ouvrière tout en le dénonçant une fois parti. Attention, Force Ouvrière, à Marseille, c'est un peu particulier car proche de l'UMP.

La proximité avec la mairie s'illustre parfaitement ici :
"La bonne distance entre la mairie et les instances de l’AP-HM n’est toujours pas trouvée. À tel point que les réunions du conseil de surveillance ont lieu à la mairie et non pas dans l’établissement"

Nicolas Sarkozy a beaucoup investi dans Sanofi. Est-ce alors étonnant de voir que des personnalités politiques comme l'ami de Didier Raoult depuis la fac de médecine Renaud Muselier commencent à vouloir nobéliser Didier Raoult ? Ou encore que Philippe Douste-Blazy encense Didier Raoult ? Ce dernier étant lui aussi prêt à soutenir Sanofi...

Celui qui a tiré les ficelles de ces liens reste sans doute le plus discret Daniel Vial, qui n'est autre que le conseiller spécial du directeur de Sanofi Chris Viebacher en 2013, tout en étant un bon lobbyiste auprès de Rachida Dati, Philippe Douste-Blazy, Jérôme Cahuzac...

Christian Estrosi, qui se présente comme un ami de Didier Raoult, a également œuvré pour que Sanofi soit au cœur de son dispositif :
"Étant président du conseil de surveillance du CHU de Nice, je veille, dès lors que le laboratoire Sanofi produit en grande quantité de la chloroquine, que notre hôpital en soit doté suffisamment."
Et il insiste :
"D’autres établissements de santé auraient d’ores et déjà sollicité le CHU de Nice pour être approvisionnés en traitements ciblés hydroxychloroquine, via les relations privilégiées visiblement entretenues avec Sanofi."


Un article a même fait état des soutiens de Didier Raoult comme Bernard Arnault (LVMH) mais aussi et surtout Serge Weinberg, président de Sanofi. Ce Serge Weinberg qui a déjà été repéré pour s'être rapproché du gouvernement Macron et qui apparaît également à des postes clés de créations d'IHU, comme Didier Raoult...


Il est intéressant de noter que Donald Trump a également des intérêts économiques chez Sanofi.

On voit donc que tout un réseau politique est à l'oeuvre, mais celui-ci atteint un stade étonnant et cocasse lorsqu'on s'intéresse à Yanis Roussel, l'étudiant qui s'occupe de la communication de Didier Raoult et également candidat LREM dans les Bouches-du-Rhône. Il a d'ailleurs affirmé :
"Après une licence de sociologie obtenue à l’Université de Brest, j’ai obtenu un master en politique européenne à l’Université de Nantes: un programme multidisciplinaire axé sur les méthodes et les stratégies de lobbying, les techniques de montage et de suivi de projets européens, de comptabilité, et développement territorial. Dans le cadre de ma deuxième année d’études, j’ai suivi un stage à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) de Marseille."

On le retrouve aux commandes de l'interview le glorifiant par Apolline de Malherbe :

Un autre relais médiatique important est celui de i24 qui a été massivement partagé, avec une interview menée par Valérie Perez, la rédactrice en chef :




i24news est lancée en juillet 2013, par Patrick Drahi, qui souhaite proposer « une alternative à Al Jazeera » et « montrer le vrai visage d'Israël au monde, sans être un instrument de propagande.

Ce n'est pas la première fois qu'un média Israélien fait aussi aveuglément une propagande pour le professeur Raoult : il a même été rappelé que le professeur a reçu le prix Sackler de l'université Tel-Aviv. Cette mobilisation pour le professeur Raoult s'inscrit dans une relation également de soutien à Israël et un intérêt pour les questions concernant la religion juive :
"Les manifestants auraient pu porter l'étoile jaune à côté de "Je suis Charlie", pour manifester leur solidarité avec les juifs."
Egalement vu sur twitter :
Image

0 commentaires:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.